L'activation d'un bloqueur de publicité peut empêcher l'affichage de certains éléments et perturber votre navigation, pour en savoir plus veuillez cliquer ici.

 

Entretien avec Mohamed Cherif, fondateur de Hephaistos

Gagnant du Concours Startup 2019 organisé par DreamTakeoff, Héphaïstos est une startup française émergente qui développe des outils d'intelligence artificielle de qualité clinique pour les pathologistes, afin de faire progresser les soins contre le cancer. Mohamed Cherif, le fondateur de Héphaïstos, répond à nos questions !  

Qui est Mohamed Cherif ? 

Formé en Intelligence Artificielle à l’Université Paris Descartes, j’ai deux ans d’expérience en Machine Learning. Plus explicitement, au sein de la Direction Générale de la Statistique de la Banque de France, j’ai contribué à l’identification de l’impact que la détention de titres boursiers des entreprises du CAC 40 par les non-résidents peut avoir sur la volatilité. Au sein de la Direction Commerciale et Marketing de BNP Paribas Personal Finance, je m’occupais de l’optimisation tarifaire et de la veille concurrentielle. Au-delà de ce parcours professionnel, j’ai remporté – avec 5 collègues – un hackathon en Data Science organisé par le Groupe Caisse des Dépôts. En septembre 2019, après moult échanges avec des Pathologistes, je me lançais dans l'entrepreneuriat avec la création de la société Héphaïstos. En sus de cela, l’intérêt général m’habite au quotidien. J’ai adhéré aux associations COEXISTER et la Ligue des droits de l’Homme. L’entrepreneuriat, s’il n’est pas un aboutissement, vient compléter ce parcours.

Comment décririez-vous votre projet ?  

Héphaïstos est une société de conception de logiciels qui peut aider les pathologistes et les techniciens en cytologie à prendre des décisions de diagnostic et de traitement plus rapides et plus éclairées sur le dépistage du cancer du sein.

Héphaïstos vise à apporter une réponse à l'une des principales questions du dépistage du cancer : la disette de pathologistes. Dans les pays en développement comme dans les pays développés, la disette de pathologistes peut entraîner une charge de travail et affecter la performance des pathologistes.


Comment êtes-vous devenu entrepreneur ? 

Par le plus grand des hasards (le hasard existe-t-il vraiment?). Je m’apprêtais à m’installer dans un pays anglophone – pour y être salarié – lorsque j’ai développé un outil puissant et disruptif, basé sur l’Intelligence Artificielle et l’hôpital numérique, ayant la capacité d’améliorer le dépistage du cancer du sein. Ayant saisi l’utilité de mon outil,  l’enthousiasme des praticiens, l’opportunité commerciale, j’ai été à mon tour saisi par une fougue soudaine ; l’irrésistible appel. Et puis un matin d’été, l’heure où blanchit la campagne, accompagné par le chant des oiseaux, je me surpris en train de construire un Business Plan.


Quels sont, selon vous, les éléments clés pour créer et gérer une entreprise avec succès ?

Il faut avoir de l’audace, et ne pas avoir peur de l’échec. Car quand on essaie, c’est que quelque part, on accepte l’échec. Mais quand on a peur de perdre, c’est que l’on a déjà perdu.

Mais l’audace ne fait pas tout, il faut bien mesurer trois risques :

Le risque personnel (le plus important à mes yeux) : est-ce que ton entourage proche est prêt à te soutenir dans ton aventure ?

Le risque professionnel : est-ce que ce que tu fais actuellement vaut moins que ton projet entrepreneurial ?

Le risque financier : jusqu’à quand es-tu capable de tenir sans te verser de rémunération ?

Ensuite, il faut répondre au QQQOCCCP

Qui : avec qui et pour qui ?

Quand : quand est-ce que tu seras prêt ?

Quoi : quel est l’objet de ton projet ?

Où : trouver un endroit pour lancer ton activité

Comment : de quelle manière tu comptes atteindre tes objectifs ?

Combien : cela renvoie au risque financier

Coût : combien coûtera la conception du produit ?

Pourquoi : quel est l’intérêt de ce projet ?

J’ajoute qu’il faut être prêt à travailler en moyenne 10 heures par jour et 7j/7 sans retour immédiat, sans être à la recherche d’une quelconque forme de reconnaissance.

En tant qu'entrepreneur, qu'est-ce qui vous motive ?

Quand je me lève le matin en m’étant couché tard le soir, la seule chose qui me motive, c’est l’intérêt général. Se dire que le produit que l’on développe pourrait sauver des vies m’oblige à travailler d’arrache-pied pour obtenir un résultat. Ensuite, je travaille avec des gens dont la sympathie se manifeste constamment. C’est un plus.


Quelle a été votre expérience sur DreamTakeoff ? 

J’ai connu DreamTakeoff à travers le concours Startup 2019 qui a réuni d’excellents projets et entrepreneurs. C’est en naviguant sur la plateforme que j’ai pris connaissance des différents services proposés. J’en découvre encore aujourd’hui. DreamTakeoff répond à une partie de nos besoins actuels, et non moins essentiels : la stratégie et le financement. DreamTakeoff nous apporte un soutien considérable sur toute la partie visuelle de notre projet (design, logo, etc.).


Quels conseils avez-vous pour les futurs  entrepreneurs ?

Chaque fois que tu vois une entreprise qui réussit, dis-toi que c’est parce qu’un jour quelqu’un a pris une décision courageuse. Tu ne dois pas attendre que les signaux soient verts pour te lancer. Et de toute façon, on n’a pas besoin de réussir pour persévérer ni d’espérer pour entreprendre.


Quels sont vos projets futurs? 

J’ai beaucoup d’ambition. Est-ce une qualité ou un défaut ? Je ne le sais pas. Le projet qui me motive c’est l’amélioration du dépistage du cancer du sein grâce à l’Intelligence Artificielle. Mais plus globalement, je souhaite utiliser l’Intelligence Artificielle pour rendre le monde meilleur. Que ce soit dans la HealthTech, l’Edtech, la FoodTech. J’ai des idées ; de l’énergie ; une équipe qui m’accompagne et je suis prêt à me lancer (on me dit qu’un investisseur passe par là ?).